Imagerie cardiovasculaire

 

 

Le scanner et l’IRM occupent une place au premier rang des explorations du cœur, des artères et des veines. Ils permettent de manière non invasive de dresser un bilan complet et précis, et participent donc pleinement au choix du traitement. L’échographie-Doppler est également un moyen diagnostique performant.

Ils sont également utilisés pour suivre l’évolution de votre maladie et décider d’éventuels traitements complémentaires (traitements qui seront réalisés par votre angiologue, cardiologue ou chirurgien vasculaire). Nous travaillons donc en étroite collaboration avec les praticiens qui vous suivent.

 

Imagerie du cœur

L’exploration non invasive du cœur s’est largement développée ces 20 dernières années grâce aux progrès technologiques des scanners et des IRM.

Le cœur, organe perpétuellement en mouvement, peut être visualisé aujourd’hui sans flou cinétique, ce qui permet par exemple l’étude des artères coronaires.

* Le coroscanner

Le coroscanner (imagerie des artères coronaires par scanner) est une technique reconnue et validée, complémentaire de la coronarographie. Il sera prescrit par votre cardiologue en fonction de vos symptômes et des résultats de vos examens complémentaires (prise de sang, électrocardiogramme, échographie…).

La fréquence cardiaque doit être basse pour un examen optimal, il est donc possible que nous vous prescrivions un médicament diminuant le rythme cardiaque. Une injection de produit de contraste (à base d'iode) est souvent nécessaire.

Le scanner est capable, grâce à la détection des battements du coeur, de réaliser des images nettes et précises, le radiologue peut ainsi à l’aide de logiciels spécialisés, obtenir des informations sur les artères coronaires, les valves cardiaques ou encore le péricarde.

* L’IRM cardiaque

Les améliorations techniques de ces 20 dernières années permettent désormais à l'IRM d’apporter des éléments nouveaux et décisifs pour la prise en charge des patients. Votre cardiologue jugera de la pertinence de réaliser une IRM cardiaque.

L’examen dure 30 min environ, pendant lesquelles le manipulateur réalise des images de votre cœur. Une injection de produit de contraste (à base de gadolinium) est souvent nécessaire.

L’IRM permet une étude précise des fonctions cardiaques (volume des ventricules, fraction d’éjection, masse du myocarde…) et notamment du cœur « droit ». Elle permet la caractérisation de certaines cardiomyopathies, l’étude des pathologies du péricarde, des valves ou des tumeurs. Elle peut faire la distinction entre infarctus ou myocardite, ou permet d’apprécier la « viabilité » du muscle myocardique chez les patients ayant des antécédents d’infarctus.

* Imagerie des vaisseaux

L’exploration des vaisseaux s’effectue principalement grâce à l’échographie et au scanner, les IRM sont réalisées le plus souvent en deuxième intention lorsqu’il existe des contre-indications à la réalisation d’un scanner.

Les traitements des maladies vasculaires ont beaucoup évolué avec le développement des techniques «endovasculaires», ce qui permet de diminuer le caractère invasif de la prise en charge. Le bilan d’imagerie est primordial pour programmer et optimiser le traitement.

L’aorte est le vaisseau le plus exploré mais d'autres artères peuvent nécessiter un bilan d’imagerie: les artères destinées au cerveau, les artères rénales, les artères digestives, les artères des membres inférieurs ou des membres supérieurs.

Les logiciels utilisés par le radiologue permettent des mesures précises du diamètre du vaisseau, de sa longueur et du degré de rétrécissement. Ces informations contribueront au choix du traitement et à sa mise en œuvre.